Correction des examens : la dématérialisation fait son entrée !

Correction des examens : la dématérialisation fait son entrée !

La dématérialisation continue son ascension et s’attaque désormais à l’éducation et notamment à la correction des copies d’examen. Zoom sur cette pratique qui révolutionne les corrections.

La dématérialisation des corrections des copies d’examen : comment ça marche ?

Pour les élèves et étudiants rien ne changent. C’est pour l’administration des établissements et pour les professeurs qu’il y a du changement. La gestion traditionnelle des examens se déroule actuellement en 12 étapes contre 5 pour la version dématérialisée.

La version traditionnelle, longue et fastidieuse, favorisent la perte de copies et les erreurs : passation de l’examen, collecte des copies, comptage manuel, anonymat manuel par collage d’étiquette et découpe au massicot puis brassage et constitution des lots de correction, déplacement des correcteurs pour récupérer leurs lots de copies, recomptage manuel par le correcteur, correction manuscrite, retour des copies au secrétariat du centre d’examen, recomptage manuel, transcription manuelle des notes et enfin importation dans le Système d’Information de l’établissement.

La version dématérialisée des corrections d’examens quant à elle simplifie littéralement la procédure de correction :

  • Passation de l'examen
  • Collecte des copies
  • Dématérialisation : les copies sont scannées de façon anonyme puis envoyées dans un coffre-fort électronique ultra sécurisé où les données sont cryptées de façon automatique.
  • Correction sécurisée sur ordinateur par les correcteurs : le correcteur via son ordinateur se connecte sur la plateforme Viatique et n’a plus qu’à corriger les copies qui lui ont été affecté par l’académie. En plus de disposer de plus de temps (par rapport à la logistique et l’acheminement classique), il peut surligner, barrer et annoter directement sur l’interface et dispose d’une messagerie sécurisée lui permettant d’échanger avec d’autres professeurs : demande de double correction, croisement des points de vue…
  • Importation dans le Système d’Information de l’établissement

Quels sont les avantages ?

Garantissant l’anonymat des participants et la sécurité des données, la dématérialisation des corrections d’examens participe activement à leur homogénéisation et améliore ainsi leur qualité. Cette simplification par la numérisation à également d’autres avantages :

  • Moins d’erreurs de saisie grâce à l’envoi automatique des notes et aux barèmes préenregistrés. De plus, aucun risque de perte car toutes les copies sont accessibles sur l’interface.
  • L’égalité des chances est renforcée. En effet, grâce à la dématérialisation l’anonymat est instantané.
  • L’accessibilité devient également le maître mot. Les professeurs ont un accès immédiat, ils ont juste à se connecter sur l’interface. De plus ils ont accès à une messagerie instantanée ce qui facilite la médiation, les doubles corrections et les échanges de points de vue.
  • La dématérialisation des corrections a également un impact sur l’environnement puisqu’elle supprime totalement l’utilisation du papier et les déplacements des professeurs. Ce qui permet de baisser le coût total des examens de l’ordre de 20% à 80%.

6 ans pour déployer la dématérialisation des copies dans les établissements français à l’étranger

À l’heure actuelle seuls les établissements français à l’étranger bénéficient de la dématérialisation des copies des examens.

Progression du déploiement :

  • 2011 signe le commencement du déploiement du processus de dématérialisation des copies des examens dans la zone Asie-Pacifique qui est raccordée au rectorat de Montpellier.
  • Ensuite en 2012 la mise en place se poursuit en Amérique du Nord et dans une partie des pays d’Afrique subsaharienne (rectorats de Caen et Bordeaux).
  • En 2013, le déploiement continue en Amérique du Sud-Cône Andin et développe le dispositif en Afrique subsaharienne (rectorats de Poitiers et Bordeaux).
  • En 2014, la mise en œuvre s’effectue en Afrique australe et Océan Indien et poursuit son développement du dispositif en Afrique subsaharienne (rectorats de Nantes et de La Réunion).
  • 2015 constitue une année d’extension au Proche et Moyen-Orient, Maghreb, Europe du Nord-Ouest et du Sud-Est (rectorats de Lille, Bordeaux, Aix-Marseille et Grenoble).
  • Enfin, depuis 2016 c’est tous les établissements français à l’étranger qui en bénéficient

La dématérialisation commence également à s’appliquer aux concours de l’agrégation, de professeurs des écoles, à certains BTS ou encore au concours général des lycées. Mais à quand un développement de la dématérialisation des corrections d’examens à l’ensemble des établissements du territoire français ?

Inscrivez-vous à la newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter trimestrielle par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désabonnement présents dans les newsletters ou en nous contactant à l’adresse information@axess.fr

© 2018 Axess Education | Tous droits réservés | Mentions légales

Les usages numériques étudiés dès le plus jeune âge

Les usages numériques étudiés dès le plus jeune âge

Cybercriminalité, manipulation, rumeurs… Le web a certaines limites qu’il est important d’apprendre dès le plus jeune âge. L’école intervient ici comme un acteur primordial pour accompagner les élèves dans leur découverte des usages numériques.

Des activités digitales dès la maternelle

Aujourd’hui, quels sont les usages numériques des plus jeunes ? Comment leur permettre d’identifier les sources fiables de celles qui ne le sont pas ?

Dès la grande section maternelle, différents projets sont menés afin de sensibiliser les élèves aux usages numériques. Il s’agit par exemple de réaliser un travail sur la télévision, ce qui permet aux élèves de différencier la fiction du réel. Cependant, leur capacité à argumenter est ici encore difficile à mesurer.

Ensuite, des programmes sont également mis en place au sein des classes du 1er degré pour les familiariser davantage avec l’utilisation du numérique. Ici les enseignants vont jouer sur les images, sur la déformation des photos ou encore le cadrage. De plus une réflexion sur l’information et l’actualité commence à se mettre en place pour les élèves de 9 à 11 ans.

Des expériences collaboratives dédiées aux usages numériques des collégiens et lycéens

Dès le collège, les expériences numériques jouent davantage sur la collaboration, à partir d’émissions de radios, de journaux scolaires, de podcasts ou encore de blogs partagés. L’écriture numérique détient également un rôle important qui permet d’aborder la notion d’e-réputation et de communication.

Les programmes lycéens prendront la suite en proposant d’étudier le rapport au savoir, à l’information et à l’innovation que proposent les interfaces numériques. Les lycéens peuvent être incités à créer et gérer des médias de façon autonome, à développer l’auto-formation via le numérique…

Pour réussir la transformation numérique auprès des élèves, il est primordial de les informer dès le plus jeune âge sur les limites d’internet. Il faut les sensibiliser aux usages numériques afin de les préparer au monde digital qui les entoure.

Inscrivez-vous à la newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter trimestrielle par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désabonnement présents dans les newsletters ou en nous contactant à l’adresse information@axess.fr

© 2018 Axess Education | Tous droits réservés | Mentions légales